Réforme des collectivités territoriales : organisons la riposte

Publié le par Jeremie Almosni

Trop d’élus, trop payés, trop d’impôts locaux … pour justifier ses réformes (loi sur le Grand Paris, réforme territoriale, suppression de la taxe professionnelle), le gouvernement brandit des arguments parfaitement infondés et mensongers.

 

Derrière une volonté affichée de simplification  administrative et d’efficacité économique, l’UMP n’a qu’un seul objectif : en découdre avec la décentralisation et mettre au pas les collectivités locales, communes, départements et régions, très majoritairement tenues par la gauche.

 

En réduisant les moyens financiers des collectivités, ces réformes menacent directement les services publics de proximité (petite enfance, éducation, jeunesse, aides aux associations, actions de solidarité, …), qui contribuent pourtant à la cohésion et à la justice sociale.

 

Sans attendre, il est donc nécessaire d’organiser la riposte. En commençant par rétablir la vérité, faits et chiffres à l’appui.

 

Il y a trop d’élus en France ? C’est faux ! Le nombre d’élus n’est pas en augmentation. Les élus, dont la plupart sont bénévoles, sont les piliers de la démocratie car ils permettent aux citoyens d’être représentés aux trois niveaux de décision : les communes, les départements, les régions.

 

Les élus des collectivités locales coûtent trop cher ? C’est faux ! les indemnités des élus locaux représentent seulement 0,4% du budget des collectivités locales, et ce chiffre ne connaît pas d’augmentation.

 

Les collectivités locales sont très endettées ? C’est faux ! Les collectivités locales sont très peu endettées en comparaison avec l’Etat. La dette des collectivités ne représente que 5,5% de la richesse nationale (PIB), presque 10 fois moins que l’Etat. En revanche, les collectivités assurent 73% de l’investissement public en France : transports, enseignement, santé … Sans elles, beaucoup d’infrastructures ne verraient pas le jour.*

 

La décentralisation a créé un millefeuille administratif unique en Europe ? C’est faux ! La quasi-totalité des grands pays européens ont eux aussi trois niveau de décision, correspondant aux Régions, Départements et Communes. En prévoyant de rajouter les pôles métropolitains et les Métropoles, sans supprimer un seul échelon existant, la réforme du gouvernement contribuera au contraire à rajouter des strates administratives.

 

La suppression de la taxe professionnelle pénalisera les collectivités locales ? C’est vrai ! La réforme de la fiscalité locale pèsera lourdement sur les collectivités en limitant leur autonomie financière et en réduisant leurs ressources. Conséquence, ce sont d’abord les contribuables qui seront les premiers pénalisés. Il leur reviendra de compenser ce que ne paieront plus les entreprises. Ils ne bénéficieront plus d’autant de services publics de proximité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article