Christine Scelle-Maury : "la Région doit rester à Gauche"

Publié le par Jérémie Almosni

Christine Scelle-Maury, vous êtes candidate sur la liste « Huchon 2010 » de l’Essonne. Quand la Région s’affirme comme un véritable «  bouclier social », concrètement qu’est ce que cela signifie ?

 

Sous l’impulsion de Jean-Paul Huchon, le Conseil régional est aujourd’hui devenu l’un des principaux partenaires financiers des collectivités locales. La Maison de la Petite Enfance à Epinay et la piscine d’Epinay-Boussy-Quincy, pour ne citer que ces deux exemples, ont bénéficié de subventions régionales.

 

La Région apporte également un soutien important au mouvement associatif à travers le dispositif des emplois-tremplins. C’est le cas notamment pour le Tennis club d’Epinay, l’Association de Volley Ball du Val d’Yerres ou encore Vivre ensemble, une association quincéenne.

 

Plus que jamais, l’appui de la Région est indispensable pour aider les communes à construire leurs équipements publics, assurer la pérennité des services de proximité et renforcer le lien social.


Photo 040 















En matière de transports, comment croyez-vous que les habitants du Val d’Yerres jugent le bilan de Jean-Paul Huchon ?

 

Qui ne sait pas que le réseau des transports d’Ile-de-France aurait dû faire l’objet, depuis plusieurs décennies, d’importants travaux de rénovation. L’Etat n’a jamais assumé vraiment ses responsabilités, notamment par rapport à la grande couronne.

 

Pour la Région, qui gère en direct les transports franciliens depuis seulement 2006, rattraper en trois ans un retard de trente ans, n’était évidemment pas possible. Pour autant, chacun perçoit bien que la politique régionale en matière de transport a changé de braquet et les investissements massifs programmés, notamment sur la ligne D, amélioreront concrètement les déplacements des Val d’Yerrois.

 

Par ailleurs, la carte «Imagin’R », qui permet aux jeunes de circuler à moitié prix, a constitué un vrai « plus », comme la gratuité dans les transports aux demandeurs d’emploi afin de faciliter leur réinsertion dans le monde du travail. Les nouvelles mesures que nous mettrons en œuvre avec Jean-Paul Huchon contribueront à réduire encore plus les inégalités de tarifs.

                                                            

Pourquoi est-il indispensable que l’Ile-de-France reste à gauche ?

 

C’est à une véritable entreprise de destruction sociale massive que se livre la droite. Je ne prendrai qu’un exemple : l’éducation.

 

La Région a fait de la réussite scolaire sa priorité et a débloqué des moyens conséquents pour réhabiliter le lycée Maurice Eliot d’Epinay et rénover entièrement les ateliers du lycée professionnel des Frères Moreau à Quincy. Mais, dans le même temps, le gouvernement supprime à tout de bras des postes d’enseignants. Nous ne pouvons pas l’accepter.

 

Ce que je crois, c’est qu’avec une Région solidement ancrée à gauche, nous disposerons d’un point d’appui efficace pour dire à Nicolas Sarkozy que nous refusons ses prétendues réformes, qui laissent de plus en plus de monde sur le bord de la route. Et surtout, nous serons en position de force pour préparer l’avenir.

Publié dans Régionales 2010

Commenter cet article