Assurer à tous l'accès aux soins : la Région s'engage pour la santé

Publié le par Jérémie Almosni

Les questions de santé ont été au cœur du débat qui a rassemblé des professionnels de la santé, des responsables associatifs et des élus spinoliens autour de Didier Holtgen, directeur d’hôpital, à Epinay-sous-Sénart, le vendredi 12 février 2010, dans le cadre de la campagne « Huchon 2010 ».

 
En introduction, Christine Scelle-Maury, maire d’Epinay, a tenu à rappeler que les populations les plus fragiles socialement étaient également les plus exposées aux problèmes de santé, alors même que les communes qui concentrent les quartiers en difficulté, comme Epinay, n’ont pas les moyens de répondre aux besoins de leurs habitants en termes d’accompagnement ou de prise en charge sanitaire.

DSC03657.JPG

Même si la compétence « santé » relève exclusivement de l’Etat, Didier Holtgen note que les élus locaux sont amenés à s’impliquer de plus en plus dans ce domaine, en raison notamment du manque criant de structures et de l’augmentation du coût des soins qui conduisent beaucoup de malades à recourir aux services des urgences hospitalières, où à ne pas se soigner.

 


DSC03668.JPG

La constitution des réseaux de santé généralistes et de certains réseaux spécialisés (psychiatrie, SIDA, cancer, gérontologie, diabète, etc.) est une première réponse que les élus peuvent apporter à leurs populations, en offrant à l'échelle du quartier, de la ville ou du département, un maillage du territoire entre structures de santé, professionnels exerçant en libéral, services publics et associations.

 

DSC03678.JPG

Concrètement, la Région entend donc s'engager dans le soutien à des projets comme celui que porte la municipalité d’Epinay dans le cadre du réaménagement du Centre commercial principal, de création de maisons de santé pluridisciplinaires afin de faciliter l'accès aux soins dans un périmètre de proximité et réduire ainsi les inégalités sociales de santé.


 DSC03670.JPG


Reste que la logique libérale qui prévaut aujourd’hui dans l’organisation de notre système de soins (déremboursement des médicaments, augmentation du forfait hospitalier, suppression de postes à l’hôpital, …) conduit à l’instauration d’une médecine à deux vitesses. Les élections régionales seront l’occasion d’adresser un signe fort au gouvernement. Mais le rendez-vous le plus important sera en 2012, car c’est la politique nationale d’accès aux soins qu’il faut entièrement repenser.

Publié dans Régionales 2010

Commenter cet article