G20 - La droite européenne contre ce dont le monde a le plus besoin

Publié le par Jeremie Almosni

Sarkozy-Merkel.jpg


A l'occasion de la conclusion de la réunion du G20, le président du PSE Poul Nyrup Rasmussen a déclaré: "Gordon Brown a fait un excellent travail pour arriver à un accord. Le G20 a permis d'importantes avancées mais il a également constitué une déception. Les points positifs sont le fait que les fonds du FMI aient triplé et qu'on soit arrivé à un accord pour réglementer le monde des finances.

Certains engagements utiles ont été pris afin de s'attaquer aux paradis fiscaux, réformer le FMI, conclure le cycle de Doha sur le commerce international et nettoyer les actifs toxiques mais il reste encore un long chemin à parcourir avant d'atteindre ces objectifs. Le fait que le G20 n'ait pas réussi à s'accorder sur une nouvelle relance est une grande déception. Les conservateurs européens Sarkozy et Merkel ont bloqué l'initiative dont le monde avait le plus besoin - une nouvelle relance pour créer de l'emploi".

"Le monde a besoin d'un nouveau paquet de mesures pour la relance; pas plus tard, pas à l'avenir mais maintenant. C'est très bien de s'accorder sur le fait que si le FMI le recommande, l'Europe prendra davantage de mesures mais le FMI a déjà recommandé un investissement de 2% du PIB dans la croissance et l'emploi. Or l'Europe n'a pas procédé à cet investissement. J'aimerais savoir quand la Commission européenne compte présenter un plan de relance revu et corrigé qui prenne en compte les recommandations du FMI?"

"Nous devons maintenir la pression sur les présidents et chanceliers conservateurs européens qui refusent d'investir ce qu'il faut pour créer de nouveaux emplois. Ils nous disent que l'Europe en a déjà fait assez. Je dis que l'Europe doit encore en faire bien davantage pour que les chômeurs retrouvent du travail".

"Nous verrons si la Commission européenne est sérieuse en ce qui concerne la régulation financière lorsqu'elle publiera ses propositions sur les fonds spéculatifs et de capital d'investissement plus tard au courant de ce mois".

"Le G20 est un bon point de départ mais si nous voulons vraiment un nouvel accord mondial, nous avons également besoin de travailler sur des propositions plus concrètes contre le changement climatique, pour les objectifs du millénaire pour le développement, pour le travail décent et pour une réforme profonde des institutions internationales".

Publié dans Arguments-Riposte

Commenter cet article